samedi 9 février 2013

Une statue parisienne taguée pour demander la libération des Pussy Riot

 


 


FAITS DIVERS – Le monument a été recouvert de peinture...
«Free Pussy Riot». Les deux statues situées place du Canada, dans le 8e arrondissement de Paris, et qui représentent un cavalier et son cheval, ont été découvertes ce jeudi matin recouvertes de peintures, grimées et taguées d'un message exigeant la libération du groupe punk russe.
Une statue inaugurée par Poutine en 2012
En février 2012, trois membres du groupe, Nadejda Tolokonnikova, Ekaterina Samoutsevitch et Maria Alekhina, étaient montées sur l'autel de la cathédrale orthodoxe du Christ-Sauveur à Moscou pour une «prière punk» invitant la Vierge Marie à «chasser» du pouvoir le président Vladimir Poutine. Les trois membres du groupe ont été condamnées en août dernier par un tribunal de Moscou à deux ans de camp pour «hooliganisme motivé par la haine religieuse». Après le procès en appel en octobre, Samoutsevitch a vu sa peine commuée en sursis et a été libérée.
Le monument visé par les tags, inauguré en juin 2011 par Vladimir Poutine, alors Premier ministre, célèbre la mémoire du corps expéditionnaire russe venu en France soutenir les Alliés lors de la première guerre mondiale. Un vœu demandant à ce que les trois membres des Pussy Riot soient nommées «Citoyennes d'honneur de la Ville de Paris» doit être déposé lundi au conseil de Paris par les élus EELV.

Voilà comment à Paris on se permet de traiter nos alliés. Le côté sacré du lieu a été ainsi piétiné comme une vulgaire plate-bande , le sacrifice de ces soldats n'est, manifestement pas considéré par la Mairie de PARIS ni par le gouvernement Français à la même hauteur que si ce monument avait été, par exemple à la mémoire de la Shoah ou bien de quelconque manifestants FLN, imaginez un peu le maëlstrom médiatique qui s'en serait suivi ! On a une reconnaissance à géométrie variable désormais dans notre pays.
On préfére aduler et promouvoir ce groupuscule extrémiste venu de l'étranger, plutôt que de se souvenir simplement, dignement. Qui réclamera la mise en prison de ces fauteurs de trouble ou tout simplement le renvoi dans leur pays d'origine (l'Ukraine) ?

Aucun commentaire: