mardi 9 septembre 2014

Discours du 6 Septembre lors de notre rassemblement Place du Châtelet à Paris.
"Les populations du Donbass peuvent respirer. La junte mise à genou par les patriotes des Républiques Populaire de Donetsk et de Lougansk a abdiqué. La victoire est totale. Les nouvelles frontières de Novorossiya sont claires, elles ont été gagnées pierre par pierre avec le sang des patriotes et aussi leur indéfectible volonté de vaincre ceux qui ont martyrisé leur peuple. Les dirigeants de Novorossiya ont été clairs, il n’y aura pas de volte-face de leur part, les positions actuelles gagnées de haute lutte devront être gelées afin de constituer ce nouveau pays. Novorossiya constitué de ces deux Républiques Populaires est le premier maillon d’une grande chaîne qui commence. Maintenant, il va falloir reconstruire, il va falloir pacifier de nouveau cette région mais surtout, il va falloir être vigilants, car les bouchers de Kiev n’ont pas rangé leurs couteaux, ils sont toujours aux commandes. On ne tourne jamais le dos à un lâche, les dirigeants de ce nouveau pays le savent, ils sont sages et expérimentés, faisons leur confiance ils ont chèrement payé le droit d’exister. La sagesse de leur voisin russe a été pour eux une garantie, garantie de ne pas être seuls face à cette hydre composée des Etats-Unis et de leurs laquais. Grâce à la Russie, près d’un million de réfugiés ont pu être logés, nourris et pour la plupart ont retrouvé un emploi Sagesse aussi de Vladimir POUTINE sans lequel cette Paix ne serait pas actée aujourd’hui. Le monde a changé, Hier il y avait deux blocs, la droite capitaliste et la gauche socialiste. Aujourd’hui la fracture est nette, le monde est dominé par les Etats-Unis et l’unique question qu’il faut se poser est : Doit-on les servir ou bien leur résister ? Nous avons choisi la seconde option, celle de la résistance à cet ordre mondial dont le gouvernement français en est un des fers de lance les plus vindicatifs. Au moment où l’exécutif de notre pays ne représente plus que l’ombre de lui-même, au moment où la révolte gronde partout ici, ce régime choisit de renforcer l’alliance contre nature avec les Etats-Unis. Ce pays, les Etats-Unis qui ne vit que grâce à nos faiblesses qu’il exploite toujours avec finesse. Au lieu de se rapprocher de notre cousine la Russie, on lui assène sanction sur sanction lui reprochant tous les maux de la terre, sans aucune preuve, nos gouvernants ne cessent de cultiver ainsi la haine de manière constante. Globalement ils y arrivent plutôt bien, car appuyés par leur bras armé médiatique, l’opinion publique est désormais persuadée que le seul et unique fautif dans leur monde qui ne peut être que blanc ou noir, le seul à porter toute la responsabilité c’est bien évidemment Vladimir Poutine. Il est l’homme à abattre pour Washington, dans ce pays où on ne supporte pas l’opposition et la moindre révolte populaire. Il est celui qui ose diplomatiquement faire face à leurs menées dévastatrices. Depuis le début de ce conflit on crie haro sur le baudet russe, on le pousse à la faute, on lui tend toutes les ficelles plus grosses les unes que les autres pour que cette gigantesque armée russe rentre en guerre et donne l’occasion aux forces de l’OTAN de pousser l’Europe à la guerre, car, ne vous y trompez pas, c’est l’unique plan des stratège de Washington : la guerre européenne, celle dont ils tirent le plus grand profit comme après la Seconde Guerre Mondiale, celle qui leur permettrait d’asseoir encore plus leur suprématie Malheureusement pour leurs plans, Vladimir Poutine est un homme sage doublé d’un grand pacifiste, il dirige de manière hautement stratégique la destinée de son pays. Cette main de fer dans un gant de velours nous a évité une guerre à l’échelon européen pour cette fois. Sachons au moins lui reconnaître cette qualité. Nous resterons mobilisés, sur nos gardes. Nous allons aussi nous structurer mieux et nous organiser pour aider encore nos amis de Novorossiya, ils en ont besoin. Nous répondrons présents. Longue vie à NOVOROSSIYA !"

Aucun commentaire: