mardi 27 mai 2014

L’Ukraine, détonateur de la crise de la CIA Il y a, sur Strategic-Culture.org, le 26 mai 2014, un article de Nil Nikandrov sur ce qui semble devoir être désormais identifié comme une très grave crise au sein de la CIA, avec élimination d’officiers de l’Agence sur ordre de la direction, et cela étant lié d’une part à la situation en Ukraine (comme détonateur de la crise de la CIA), d’autre part aux révélations officielles récentes et publiques sur les tortures pratiquées par l’Agence, notamment depuis 2001, avec des documents publiés et à venir par la commission sénatoriale sur le renseignement de la sénatrice Feinstein. Il semble que ces pratiques soient massives, sinon systématiques, et placent nombre d’officiers de l’Agence devant le risque d’inculpations graves, sion du risque suprême.
L’article de Nikandrov se base d’abord sur des révélations du Washington Times, en partie confirmées de source officielle, et, à partir de là, diverses sources indépendantes sur internet. Le départ de l’affaire ainsi confirmée officiellement du côté du Système à cause des obligations de réglementation par rapport aux forces internes du Système, on peut alors développer, du côté des réseaux indépendants internet, des supputations importantes, déployant en cela l’aspect indépendant et bien expérimentés professionnellement de nombre de centres de la communication-internet. A partir du moment où ils se réfèrent à des informations initiales confirmées ou à toute autre base solide de départ, les réseaux internet ont toute la capacité, et le devoir selon leur engagement, de développer leurs enquêtes qui nous rapprochent beaucoup plus de la vérité de la situation que les canaux de communication officiels qui, à partir de leur aveu initial fondé, produisent aussitôt des narrative faussaires et simulacres. A cet égard, la seule certitude à partir du point de départ obligé pour tous qui est la révélation confirmée (par la CIA) d’un suicide, alors que nous entrons dans le domaine de la communication, c’est que le réseau-Système officiel entre automatiquement aussitôt dans sa vitesse de croisière de la narrative et du mensonge systématique (point absolument assuré, sinon référence fondamentale pour notre commentaire), tandis que les réseaux-internet cherche la vérité de la situation avec toutes les incertitudes normales qu’on y rencontre. Cette introduction est pour signifier que nous considérons le texte de Nikandrov comme une bonne base de réflexion, qu’il faut apprécier avec un sens critique normal mais certainement pas la certitude du binôme narrative-mensonge qui marque toute intervention officielle. «CIA officers have committed more suicides than ever in recent years. It’s hard to adduce exact figures – the information is classified. According to the evidently sexed up statistics, the suicide annual rate in the military is 250-400. In comparison the alleged CIA rate is 30-50. »They try to avoid publicity in case suicides are committed by operatives working under cover. But it’s hard to conceal anything when it happens with high-placed officials. According to the ‘Washington Times’, a senior CIA official died in an apparent suicide in early April from injuries sustained after jumping off a building in Northern Virginia. CIA spokesman Christopher White confirmed the death and said the incident did not take place at CIA headquarters in McLean, Va. “We can confirm that there was an individual fatally injured at a facility where agency work is done”... [...] »US and Canadian bloggers offer different interpretations, some of them worth mentioning. One of the reasons could be the decision by Senate Intelligence Committee to publish a report on brutal methods of interrogation practiced by the Central Intelligence Agency, as well as the special services of Romania, Poland, Lithuania and other countries. The multi-page paper adduces hundreds of cases when people suspected of involvement into terrorist activities were silently detained, taken to secret CIA jails and tortured to make them reveal the needed information. »The mass tortures have made many CIA operatives get promotions, decorations and material benefits for working under extremely tough conditions. They believed that the records of their “heroic deeds” were to be forever buried in the CIA archives. But there are more cases when the names of perpetrators carrying out criminal orders come into the open, videos with horrendous pictures of tortures become available to public and studied by experts to be sooner or later used as evidence during trial procedures launched by innocent victims. »One of the versions says the suicide victim wanted to escape like Edward Snowden did. He could not forgive the system for including his name in the long list of those who was involved in establishing and operating secret prisons in Eastern Europe. He had a lot to tell being a member of John Brennan’s inner circle even before the latter’s appointment as CIA director. The self-murderer was involved in planning and operations during the Iraq and Afghanistan wars. »Bloggers say he specialized on Eastern Europe. His recent activities had been mainly centered on Ukraine. He had close contacts with the Defense Intelligence and Drug Enforcement Agency. His activities were related to the clandestine plans aimed at dragging Ukraine out of Russia’s influence. He knew the names of CIA operatives acting under cover including top junta officials. Having escaped, he could have used the information to his advantage. One of the bloggers conjectured that the dead CIA official wanted to explode “a new bomb” by publishing a scoop with new revelations about criminal activities of US special services but his intention became known… Then the Central Intelligence Agency’s brass decided that the best way out was to have it over and done with by making him commit a suicide. In this case nobody would investigate the case leaving remain secret the crime motives and the names of perpetrators. The government and the CIA know how to best conceal the links – they always eliminate those who did it. Suicide has become a frequent occurrence among military and mercenaries. Having returned home, many of them tried to disclose the crimes committed by their compatriots against prisoners of war and civilians. Some decided to put an end to life as a result of depression. But the real cause of their deaths was one – they were zapped by CIA internal security agents. »John Brennan, the CIA director, is the top official to issue the physical liquidation orders...» • Un dernier paragraphe est à extraire du texte, pour son intérêt, selon notre point de vue. Il concerne le voyage de Brennan à Kiev (voir le 15 avril 2014), qui, de dissimulé qu’il état au départ par divers artifices un peu voyants et bien dans la “saga des services” (nom de Brennan transformé en une sorte de John Doe, équivalent du Dupont américain, pour le transfert à l’aéroport de Kiev), fut tout de suite repéré et bientôt admis publiquement. Il fut universellement admis que ce voyage avait pour but de coordonner et de lancer l’attaque de Kiev contre l’Est russophone mais, finalement, même si cette mission eut sans doute lieu, il s’avère qu’il s’agissait également, sinon surtout, de remonter le moral et contenir le mécontentement du plantureux contingent ukrainien de la CIA et des “sources” appartenant à la CIA (dont des membres haut placés de la bande dirigeante) à Kiev. »...The John Brennan’s recent visit to Ukraine was partly destined to calm down the fears of his subordinates operating in Kiev. He had to convince them there have been no information leaks to cause scandalous disclosures and damage the United States-Ukraine security cooperation. The Central Intelligence Agency, The Federal Bureau of Investigation, the Defense Intelligence Agency and the Drug Enforcement Agency will continue their consulting activities and other efforts aimed at “stabilization” in the country. More US advisers will be sent to Ukraine to assist the security structures and tackle the problems related to instability in the south-eastern part of the country. It is presupposed that the advisers will step in instead of Ukrainian military commanders and lead the operations conducted at the forward edge of fighting against the “separatists”...» • Comme cerise accessoire sur le gâteau, on signalera la gaffe commise par la Maison-Blanche en incluant parmi les officiels assistants à un briefing du président lors de sa très récente visite-surprise en Afghanistan, le nom du chef d’antenne de la CIA à Kaboul. (Certains pourraient juger que ce n’est pas seulement une “gaffe” dans le chef de ceux qui donnèrent initialement les noms des participants au briefing, c’est-à-dire les militaires US en Afghanistan, dépendant de Central Command, qui a plusieurs œufs à peler avec la CIA, depuis l’élimination par “scandale programmé” du général Petraeus, venu de Central Command à la tête de la CIA quelques mois avant sa démission.) Les extraits ci-dessous sont empruntés au site Washington Free Beacon, le 26 mai 2014. «The White House inadvertently included the name of the top CIA official in Afghanistan on a list of participants in a military briefing with President Barack Obama that was distributed to reporters on Sunday, the Washington Post reported. The newspaper said the official, identified as “Chief of Station” in Kabul, was named as being among those at a briefing with Obama during the president’s trip to Bagram Air Base near the Afghan capital. »The list of names was sent by email to reporters traveling with Obama on his surprise Afghanistan visit and included in a “pool report” shared with correspondents and others not on the trip. [...] “Initially, the press office raised no objection, apparently because military officials had provided the list to distribute to news organizations,” the Post added. “But senior White House officials realized the mistake and scrambled to issue an updated list without the CIA officer’s name.”» Il nous semble, à nous, que ce “scandale” n’en est pas un de plus, comme on en a connu déjà beaucoup, qui se perdent très rapidement dans le défilé de révélations de cette nature. Aujourd’hui, l’affaire est bien plus sérieuse parce qu’il existe une menace très grave et très sérieuse pesant sur nombre d’officiers de la CIA, de supplétifs, de contractants plus ou moins officiels, certains pouvant aller jusqu’à des bandes illégales et du crime organisé. Tout cela rend le cas extrêmement délicat parce que des documents officiels peuvent ouvrir les vannes d’actions juridiques dévastatrices contre les très nombreuses personnes impliquées... Nikandrov parle dans son titre d’une “purge” à la CIA («CIA Faces Purges as Situation Remains Tense in Ukraine»), et l’on sait qu’un tel processus peut prendre des dimensions considérables s’il n’est pas très vite maîtrisé ; mais bien plus encore, il s’agit d’une menace plus ou moins opérationnalisée de “double-purge” : une menace interne, déjà avec un commencement d’opérationnalisation, avec des mesures administratives, voire l’élimination physique de certains officiers trop récalcitrants et ayant l’intention de devenir des whistleblower pour se ménager une position d’une certaine impunité face à d’éventuelles poursuite. En effet, la “deuxième purge” possible peut venir de l’extérieur de l’Agence, à partir des documents de la commission Feinstein pouvant entraîner des actions juridiques contre des officiers de la CIA de la part des personnes victimes de sévices, et suscitant justement des “fuites” voire des dissidences d’officiers promptement devenus whistleblowers. S’il ne s’agit pas, comme on l’a mentionné plus haut, de la première “purge” de la CIA, on observera qu’il pourrait bien s’agir d’une “purge“ bien plus importante que la plupart de celles qui ont précédé, qui pourrait équivaloir, peut-être dépasser en intensité celle que connut la CIA entre 1973-1975 (première “purge” du nouveau et éphémère directeur de la CIA James Schlesinger, enchaînant sur les auditions de la commission Church du Sénat) et 1977 (arrivée à la tête de la CIA de l’amiral Stansfield Turner qui effectua une dernière fournée de “purge” à la demande du nouveau président Carter). Cette “purge” gigantesque avait touché les départements d’action directe clandestine (les dirty tricks), les liquidations des directeurs Richard Helms et William Colby, la liquidation de James Angleton qui tenait son service de contre-espionnage à l’intérieur de la CIA depuis la fin des années 1940 et introduisit pendant près de deux décennies un climat de suspicion paranoïaque interne à partir de “révélations” plus ou moins manipulées de divers défecteurs plus ou moins véridiques du KGB, etc. (Le film Raisons d’État [2007], de Robert De Niro, est une biographie adaptée de la carrière de James Jesus Angleton, interprété par Matt Damon.) Cette fois, il s’agit d’une menace structurelle beaucoup plus grave. C’est la mise en cause de toute la réorientation de la CIA vers un service de police (sans les règles habituelles de contrôle) de type contre-terroriste, utilisant les méthodes, clandestines ou non, les plus cruelles et avec une forte proportion d’illégalité, – assassinats, tortures, détentions arbitraires, etc. Cela ne signifie pas qu’il y ait une volonté commune louable dans ce sens de plusieurs centres de pouvoir, à l’intérieur et à l’extérieur de la CIA, car la vertu n’est certainement pas le moteur de leurs actions, mais les concurrences, les jalousies, les interférences bureaucratiques sont bien suffisantes pour déclencher une guerre où les victimes seront effectivement un grand nombre d’officiers de la CIA ayant agi illégalement dans des actions extrêmement cruelles et complètement hors des principes très largement théoriques de l’éthique de l’Agence. Cette perspective même implique une dislocation complète de la solidarité interne du personnel, selon les menaces juridiques, sinon physiques d’élimination, pesant contre lui. Un indice de cette gravité sans précédent de la (des) purge(s) se trouve sans aucun doute, justement, dans cette situation nouvelle où le processus d’élimination physique est aussi clairement mentionné, comme un des moyens “normaux” de cette purge, à l’imitation des procédés d’élimination interne du crime organisé. Ce procédé a évidemment déjà été employé par la CIA mais il était toujours perçu comme exceptionnel et inhabituel pour des officiers de la CIA, même s’il fut effectivement beaucoup employé. Qu’il soit présenté comme une norme presque naturelle de fonctionnement indique le niveau où est tombée l’Agence, – celui du crime organisé, quasiment, complétant ses activités courantes de manipulation de trafic de drogue, d’interférences illégales sur les investissements financiers, etc. Toute cela indique que c’est le fondement même de la CIA New Age post-9/11 qui est aujourd’hui le sujet des “purges” ... A l’image des USA évoluant vers l’illégalité systématique et les méthodes de piraterie et de banditisme, la CIA est un organisme de plus en plus proche d’une énorme structure de crime organisé. Loin d’en être plus efficace, – au contraire, l’erreur d’évaluation et la politisation et la corruption de l’analyse sont aujourd'hui la norme, – la CIA est devenue un appendice monstrueux, inspirateur d’erreurs grotesques et producteur systématique de désordre. C’est un miroir sordide de l’évolution des USA dans un processus d’effondrement où la décadence accélérée par les coups extérieurs des barbares comme marque normale de ce processus est remplacé par la chute dans la barbarie pure de l’objet de cette décadence, comme marque même de sa décadence. Exceptionnels jusqu’au bout, les USA n’ont pas besoin des autres, des barbares extérieurs, pour s’effondrer ; ils se font barbares, avec une telle dextérité qu’on croirait qu’ils l’ont toujours été. Mis en ligne le 27 mai 2014 à 09H40 Source : Dedefensa.org

Aucun commentaire: