vendredi 16 mai 2014

Les américains voulaient des représailles sanglantes à l’Est de l’Ukraine de manière à impliquer la Russie. Non seulement ils n’ont pas réussi à impliquer la Russie, mais ils se retrouvent en prime avec une guerre qu’ils vont devoir gérer de manière complètement imprévue. Les derniers évènements dans le Donbass, à savoir les référendums de Donetsk et de Lougansk suivis des déclarations d’indépendance bouleversent tous les calculs de Washington.
En tant qu’états indépendants, ces deux régions disposeront désormais de toutes les institutions d’un état, dont une armée et un service de sécurité qui tentera de tenir tête aux assauts de l’armée de Kiev. Le fait d’être reconnus ou pas par l’Occident n’y changera rien. Du coup, la donne n’est plus la même. La Russie n’a plus besoin d’intervenir. L’armée ukrainienne et les mercenaires feront désormais face à une armée régulière qui défend son sol. La Russie n’a plus alors qu’à équiper, former et accompagner cette armée, à l’instar de ce qu’elle a réalisé en Syrie et qui a fait ses preuves. Encore un ratage étatsunien qui, espérons-le, en restera là. Sinon, avec une armée ukrainienne n’étant pas vraiment prête à se battre, beaucoup de choses imprévisibles et désagréables pour Washington pourraient en découler, comme l’élargissement des zones indépendantes et même la reconquête de Kiev. Et si Kiev tombait entre les mains de l’armée du Donbass, les atlantistes auraient un sérieux problème de vocabulaire. Sera-ce un coup d’état fomenté par des rebelles de l’Est, ou une invasion d’un pays qui n’existe pas, parce que non reconnu ? Avic – Réseau International

Aucun commentaire: